Dossier Start-Up

Dossier Start-Up

Témoignage des fondateurs de monEchelle.fr - devenu depuis  ManoMano & SuperMano en 2013 : Christian Raisson & Philippe de Chanville 

“Une équipe de Start-uper a des idées plein la tête, un mental d’acier et n’a pas peur de s’investir et travaille avec suffisamment de lucidité “ 

Réunir une dream team 

Les mutations économiques, sociologiques, politiques, culturelles modifient la donne dans un jeu concurrentiel qui rend possible des nouveaux business model et de création de valeur. Oui, mais la meilleure des idées ne survivra sûrement pas si son porteur est seul ! Une start-up qui gagne, c’est avant tout une équipe de pionniers, aux compétences complémentaires, centrées sur l’exécution des tâches cœur de business de l’entreprise : 

“ Lorsque monEchelle.fr a été créé en 2013 - devenu ManoMano en 2015 - l’équipe dirigeante était déjà construite.La première décision fondatrice de l’aventure a bien été l’association de deux personnalités pour diriger le projet sans détenir la bonne idée. L’association avait été guidée par la complémentarité business et managériale décelée l’un chez l’autre. Deux personnes quasi identiques dans leurs cursus, culture et vie privée (même école de commerce, quasi même expérience dans la finance, avec une expérience à Londres mais si différentes dans leur savoir-faire (communicant/cérébral, créatif/ structurant, consolidateur/développeur) ne pouvaient provoquer que des étincelles positives d'un point de vue business. Une équipe parfaite pour toute nouvelle start-up.

Il suffisait ensuite de choisir sur quel projet travailler. Le partage de la direction de l’équipe a été simple : l'un s'occupait de développement de l'offre et l’autre celui de la demande pour notre toute nouvelle place de marché spécialisée dans le bricolage et le jardinage. En revanche, aucun d’eux n’avait de compétences techniques pour construire la plateforme. Il était pourtant clair que l’aspect technique était une partie fondamentale du projet. 

Etapes de création

La France historiquement accuse toujours un certain blocage face à l’entreprenariat. 35% des Français seulement estiment avoir les compétences requises pour entreprendre,alors que 55% d’Américains s’en sentent capables.
La difficulté d'accéder au capital en France renforce ce sentiment d’impuissance. Dans le cadre d’une création de start-up,le créateur d’entreprise devra solliciter son réseau proche pour réunir des fonds propres.

Ces apporteurs de fonds n'auront pas forcément un rôle à jouer dans la gestion de l’entreprise. D'autres acteurs comme les banques ou les investisseurs peuvent aussi prendre part à la formation du capital. Ils affichent cependant un objectif financier précis.
Négliger ses associés revient à passer à côté du« financial equity » qui coexiste nécessairement et au « sweat equity » à tous les stades de développement de la start-up. 

Une autre catégorie d’associés potentiels, plus difficilement identifiable ne doit pas être oubliée. Il s’agit des associés qui sont partiellement « opérationnels », considérant cependant leur implication dans la start-up comme annexe par rapport à une activité habituelle. 

Se préparer à l’étape de la levée de fond
Comme nous venons de le voir,le financement du projet via une levée de fonds prendra des formes différentes,en fonction de la phase de croissance de l’entreprise et de ses besoins.
– le capital amorçage qui finance le lancement de votre activité et ses premiers besoins
– le capital développement, finançant l’entreprise et l’accélération de sa croissance.
Fonds d’amorçage, Business angels, des capital-risqueurs investissent donc dans des start-up à fort potentiel de croissance. L’objectif, pour eux, est la réalisation de plus-values à court terme.
Le principe : ces investisseurs réalisent une prise de participation au capital la jeune pousse. La start-up emet des titres de la société pour collecter des fonds extérieurs, et les vend à des investisseurs sur le marché.


Ces titres seront affectés au capital de la société et serviront à financer son besoin lors du lancement ou du développement. Les business angels investissent en moyenne des montants compris entre 50 000 et 500 000 euros, et les capital-risqueurs sur des montants plus élevés.

3 business angels intéressants en 2020

https://www.courtin-investment.com/fr

http://wind.capital/fr

https://www.chantalbaudron.fr

Même si son rôle n’est pas d’intervenir dans la gestion de l’entreprise, en plus de participer au financement de votre projet, l’investisseur est en mesure de vous apporter d’autres éléments essentiels au développement de votre activité comme son réseau de partenaires, de clients,  un carnet d’adresses, un accompagnement sur certaines compétences qui peuvent manquer si vous êtes seul!  

Un Business Angel évaluera avant tout :

  • L’idée et le projet initial,
  • Le profil du créateur ou de l’équipe,
  • Les valeurs de l’entreprise,
  • La vision sur le long terme,
  • La confiance est un des éléments forts de la relation entre le business angel et vous.

CONSEIL ET TÉMOIGNAGE

Co fondateur de FamiHero, Cyril BEAUFRERE 

Famiheroaest plateforme de mise en relation pour aider les parents à trouver une personne de confiance pour leababy sitting et les sorties d'école,et le soutien scolaire. Après une levée de auprès de Jaïna Capitalad'investir (montant 350K€) il nous explique ici le développement de son entreprise et les clés de sa réussite. Business plan, valorisation, pitch, critères : Il aborde sans détour les sujets importants d'une levée de fonds.

Comme souvent, l'idée de fonder laastart up est venue d'un besoin personnel ressenti par les deux entrepreneurs :

“Nous sommes Swann et Cyril, deux "jeunes" entrepreneurs avec plus de 10 ans d'expérience dans le web, et surtout deux parents. Nous avons travaillé aussi bien dans des grands groupes (Pages Jaunes, Bouygues Telecom) que dans des Start-up (Easynet, Twenga). En tant que parents, nous sommes en permanence en train de jongler entre nos obligations professionnelles et parentales: un problème au travail ou une réunion qui s'éternise et c'est tout de suite la course pour aller chercher les enfants à l'école. C'est de là qu'est venue notre idée de monter un site clair et efficace où nous pouvions trouver, en quelques clics, une baby-sitter de confiance. Nous avons ensuite verticalisé notre offre avec l'ajout du soutien scolaire et sommes devenu FamiHero.”

Passer le cap des deux ans, c’est le développement

 Nous avons vu précédemment que l’adéquation entre l’idée, le produit qui prend sa forme quasi définitive et le marché se fortifie lors de la phase de développement. L’entreprise est confrontée à la réalité économique de son environnement :
marché, recrutement de collaborateurs, retours clients.
C’est durant cette phase que l'entrepreneur opère à une seconde levée de fonds, consacrée aux projets de développement et d’investissement.
On parle durant cette phase, plus précisément que d’une start up d’une JEC (Jeune Entreprise de Croissance), le stade du lancement et de l’amorçage étant été passé avec succès.

L'expérience de la jeune entreprise lui permet à ce stade d’entamer des phase solidifiant sa croissance et sa structuration, par exemple des économies d’échelles notamment en connaissant les meilleures combinaisons industrielles de production, des recrutements stratégiques, et le spectre de l’internationalisation.

25% des Jeunes Entreprises de Croissance ne passent pas le cap des 5 ans. La moitié meurt même avant leur 6 ème exercice.
Aux Etats-Unis, six démarches et six jours sont nécessaires pour créer une entreprise. Sur un panel de 500 entrepreneurs interrogés sur ces phases, il ressort que la conjoncture, les contraintes administratives et les problèmes opérationnels sont responsables de la chute des start up durant le lancement. Recruter et fidéliser des collaborateurs de talent reste le problème opérationnel majeur pour ces entrepreneurs. En France, seulement 5% des entreprises ont plus de 10 salariés. Difficile de songer dans ce cas à un développement international.

APPROCHE MARKETING


Stratégie de développement : le MVP “minimum viable product”
Utilisée aujourd'hui pour le développement de nouveaux business modèles et nouveaux produits, le MVP est un processus d’innovation et de développement produit  (notamment en vigueur dans le domaine de l’informatique et des produits technologiques) de tester un produit ou une fonctionnalité durant sa mise sur le marché.

Cette stratégie duaMVP se prête mieux au domaine des applications mobiles, des logiciels en mode Saas car la mise à jour, ajout ouaretrait de fonctionnalité est rapide, agile et indolore.

Avantages pour la start up

  • Réduction des coûts de recherche, et de développement
  • Mise sur le marché accélérée (avantages supposés du premier entrant)
  • Confrontation aux réalités du marché
  • Feedbacks utilisateurs automatiques et en temps réel

 Quelques Start-up célèbres et leur MVP 

  • AirBnb 
    Les fondateurs ont d’abord loué leurs propres chambres, ont fait eux même les photos des chambres mises en location.
  • Zappos 
    Le fondateur prenait en photo, vendait, et livrait lui-même des chaussures d’une boutique située à quelques pas de chez lui.
  • Spotify 
    Les fondateurs ont  créés des radios que les utilisateurs pouvaient sauvegarder et réécouter, donnant naissance au streaming audio.
  • Netflix 
    Le service de vidéos à la demande,a lassé le fondateur qui payaient régulièrement des pénalités de retard. Il a de ce fait décidé d’acheter des films qu’il louait à ses propres amis sans pénalités de retard , et disponibles 7j/7 24h/24.